liste de Pessa’h (produits autorisés par le Consistoire)

Chers amis,

voici ci-dessous la liste des produits autorisés par le Consistoire de France pour l’année 5780/2020

Pessah_2020_Produits.pdf

 

et voici ci-dessous l’addendum du Grand Rabbin de Paris suite aux impératifs dus au confinement. 

  1. Le Seder

D’ordinaire la soirée du Seder est l’occasion de grandes retrouvailles familiales, et aussi de recevoir chez soi de nombreux invités : « Kol Dikhfin » Quiconque a faim, qu’il vienne et qu’il mange !

Cette année, confinement oblige, le séder sera limité à la cellule familiale au sens le plus strict.

Par ailleurs, si certaines personnes ont des difficultés de ravitaillement en telle ou telle denrée (hors la matsa et le maror qui sont obligatoires), c’est sans gravité et elles composeront avec ce dont elles disposent.

 

  1. Pouvoir de vente

A remplir uniquement en ligne. En cas d’impossibilité, charger une autre personne de le faire en son nom.

 

  1. Siyoum Massekhta des premiers-nés

On peut y participer, dans un cas de force majeure tel que celui que nous connaissons actuellement, par téléphone, ou par visio-conférence en direct.

 

  1. Destruction du ‘Hamets

On peut considérer, vu la situation, qu’il est impossible de s’organiser pour brûler le ‘hamets jusqu’à ce qu’il devienne charbon (les particuliers qui ont un jardin jugeront au cas par cas si cela est praticable dans leur jardin).

En conséquence, on détruira les 10 morceaux de pain de la bedika en les émiettant dans les toilettes et en tirant la chasse. Puis on récitera le bitoul (déclaration d’annulation) comme d’habitude.

 

  1. La vaisselle de Pessa’h

Cette année, de nombreux fidèles, obligés pour la première fois de passer Pessa’h chez eux, voudront acquérir une nouvelle vaisselle pour Pessa’h. Le problème est que, avant usage, elle doit être trempée dans un mikvé (tevila), ce qui est, dans les conditions actuelles, quasi irréalisable.

Mais il existe des solutions alternatives :

En effet, seuls le métal et le verre (selon certains ashkenazim aussi la porcelaine, mais en ces temps difficiles on peut s’en dispenser) requièrent la tevila. On privilégiera donc les autres matériaux. Par ailleurs, les récipients en aluminium (casseroles, etc..) à usage unique sont également dispensés de tevila.

On pourra aussi avantageusement recourir à la cashérisation de la vaisselle de toute l’année (voir les règles de casherisation)

Au cas où une de ses solutions n’est pas praticables, mais uniquement dans ce cas, on fera cadeau de sa vaisselle neuve à son voisin non-juif qui devra l’acquérir la soulever (attention à respecter les distances et le lavage des mains pour éviter toute contamination !) Puis on lui demandera d’avoir la gentillesse de nous la prêter le temps de la fête.

Après la fête, on lui proposera de la lui acheter ; s’il est d’accord d’en faire cadeau c’est aussi bien. Puis on ira tremper la vaisselle au mikvé lorsque l’épidémie aura cessé.

 

Puisse Pessa’h, la fête de la délivrance et de la délivrance, mettre fin à la pandémie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *